L’Indépendance financière des consommateurs Africain est-elle possible?



Abidjan, Cote D'Ivoire - En ce qui concerne l’atteinte de l’indépendance financière en Afrique, une nouvelle étude de KASI a révélé que malgré les défis, les Africains visent à atteindre l’indépendance financière. Le rapport sur l'état de l’indépendance financière de KASI a conclu qu'investir, démarrer une entreprise et épargner sont trois étapes essentielles qui les rapprocheront de l’indépendance financière.

L'enquête a exploré la volonté des citadins à parvenir à l’indépendance financière et les mesures nécessaires qu'ils prennent pour concrétiser ce projet. Les résultats indiquent qu'en tant que groupe, les répondants visent à atteindre l’indépendance financière: 9 répondants sur 10 déclarent qu'ils cherchent à l'atteindre et 8 répondants sur 10 sont très clairs quant aux raisons pour lesquelles ils veulent l'atteindre.

S'agissant des caractéristiques de l'indépendance financière pour les répondants, il ressort que c'est être en bonne voie pour atteindre les objectifs financiers (par ex. acheter une maison, démarrer une entreprise), c'est maîtriser les dépenses quotidiennes et enfin c'est avoir la capacité à absorber les chocs financiers (par ex. perte d'emploi, accident).

Malheureusement, le chemin vers l’indépendance financière est rempli d'obstacles et d'imprévus qui peuvent facilement faire dérailler les plans et la stabilité financière.

«Quand il s'agit de parvenir à l’indépendance financière, il est important de faire croître ses actifs, mais aussi de vous protéger des événements / chocs inattendus», a déclaré Yannick Lefang, PDG de KASI Insight. "Les consommateurs ont besoin de services financiers au-delà des services bancaires de base s'ils veulent se rapprocher de l’indépendance financière."

Fait intéressant, l'enquête a révélé que, malgré la volonté des répondants à parvenir à l’indépendance financière, très peu de gens prennent des mesures pour en faire une réalité. L'enquête révèle que seulement 3 répondants sur 10 ont souscrit une assurance, outil de gestion de risque, notamment l'assurance automobile, l'assurance maladie ou la vie, et ont confirmé qu'ils contrôlent leurs finances parce qu'ils ont un système de suivi. En ce qui concerne les investissements et la croissance, un quart des répondants sont à l'aise avec leurs investissements, laissant les trois quarts insatisfaits.

"Cet écart peut s'expliquer par le fait que l'étendue des services financiers en Afrique est encore faible. Le téléphone mobile et les canaux alternatifs ont stimulé l'inclusion financière dans des pays comme le Kenya, mais les services offerts sont essentiellement de base de par leur type et taille des transactions ", a déclaré M. Lefang qui dirige KASI Insight, partenaire de la conférence Pan African Bancassurance & Alternative Channel distribution.

D'autres résultats de la recherche sont:

  • 4 répondants sur 10 disent savoir exactement où ils sont financièrement (valeur nette, actifs, etc.)

  • 3 répondants sur 10 sont à l'aise avec leur situation financière et leurs investissements

  • 2 répondants sur 10 disent avoir établi un revenu de retraite durable et intégré qui durera plus longtemps que leur espérance de vie

  • Un quart des répondants affirment qu'ils ont mis en place une solide planification de la succession pour veiller à ce que les actifs financiers et immobiliers soient transmis à leurs proches, à un coût minimal, en toute confidentialité et en temps opportun.

L'enquête révèle également qu'il existe des différences entre les pays. En tant que groupe, atteindre l’indépendance financière est une priorité pour la majorité, mais quand il s'agit de prendre des mesures pour y arriver, les répondants au Ghana ne prennent pas des mesures importantes tandis que les répondants au Kenya et au Nigeria s'en tirent mieux.

Enfin, alors que les banques se concentrent sur la numérisation en Afrique, il est important de garder à l'esprit les besoins et les défis des clients s'ils veulent être considérés comme des partenaires de confiance. Malheureusement, ce n'est pas le cas selon les résultats du sondage, en fait, 6 répondants sur 10 ont déclaré que leur banque ne les aidait pas à résoudre leurs problèmes financiers, comme rembourser leurs dettes, budgétiser et investir. Pire encore, seulement 1 répondant sur 10 est prêt à recommander sa banque à ses amis ou sa famille, ce qui donne un NPS global de -36.


À propos du rapport sur l'état de la liberté financière de KASI

Ce rapport sur l'état de la liberté financière est basé sur une enquête panafricaine menée auprès de 3500 citadins du Nigeria, d'Afrique du Sud, du Kenya, du Ghana, de Tanzanie, du Cameroun et de Côte d'Ivoire âgés de 18 ans et plus entre le 19 et le 28 février 2018.

#consumer #africa #investment #data #cci #consumerconfidence

0 views

ANY QUESTIONS?

If you have any questions, use the chat, call or send us an email

hello@kasiinsight.com

KASI INSIGHT

About

Careers

Get in touch

Press

SUBSCRIBE TO OUR NEWSLETTER

    FOLLOW US

    • LinkedIn Social Icon
    • Facebook
    • Twitter
    • YouTube
    • Instagram